Chirurgie esthétique
Les différentes méthodes
Reconstructrice réparatrice

Archive pour le mot-clef ‘pierre michel roux’



Le Chef du service cardiologie de Metz suspendu

vendredi 29 octobre 2010

On attendait la décision de l’Agence Régionale de Santé. Le Professeur Pierre-Michel Roux est suspendu à titre conservatoire. Lire le reste de cet article »

Mots-clefs : , , , ,
Publié dans news | Les commentaires sont fermés

Le service chirurgical cardiaque de Metz fermé en urgence

jeudi 14 octobre 2010

L’Agence Régionale de la Santé (ARS) a fait fermer le service chirurgical cardiaque de Metz, lundi 11 octobre. La raison : la taux élevé de mortalité en 2009.

« Cette suspension administrative, qui est temporaire, a été décidée par l’ARS pour que soient déterminées les raisons d’une augmentation importante du taux de mortalité observée dans ce service en 2009. Ces raisons doivent être déterminées par une expertise complémentaire ordonnée par l’ARS pour mettre fin aux manquements et aux dysfonctionnements observés », précise Véronique Anatole-Touzet, directrice du CHR de Metz Bon-Secours, où se trouve le service chirurgical cardiaque.
L’ARS s’appuie sur le rapport de deux chirurgiens cardiologues et d’un anesthésiste, envoyés en mission d’expertise en septembre dernier. Pour le remplacement des valves, la mortalité nationale arrive à 6,9%. A Metz, il aurait été jugé « normal » que le taux atteigne 8% pour ce genre d’opération. Or, ce pourcentage a dépassé de peu 19%. Il en est de même pour plusieurs opérations de chirurgies cardiaques qui dépassent (trop) largement le seuil de mortalité nationale.

Jusqu’ici, le Dr Pierre-Michel Roux, directeur du service de chirurgie cardiaque de Metz, n’avait pas souhaité s’exprimer. Aujourd’hui, il donne enfin son explication à cette hausse de mortalité sur l’année 2009. Pour lui, ce résultat s’explique par la prise en charge de malades à «très haut risque chirurgicale».

« Les experts, mandatés par l’ARS pour effectuer un audit du service, nous ont expliqué qu’il n’aurait pas fallu opérer ces malades qui, nous ont-ils dit, allaient tous mourir de toutes façons. Refuser d’opérer ces malades aurait en effet amélioré les statistiques du service. Mais nous avons fait le choix d’opérer des patients et non des statistiques. », se défend le Docteur Roux.

Pour l’instant, le service est fermé à titre provisoire. En attendant la décision définitive de l’ARS, les cas les plus urgents sont redirigés vers le CHU de Nancy.

Carole Schirrer

Mots-clefs : , , , ,
Publié dans news | Les commentaires sont fermés