Chirurgie esthétique
Les différentes méthodes
Reconstructrice réparatrice

Paimpol ouvre un centre péri-chirurgical

On sait depuis quelques semaines que le service de chirurgie de Paimpol va fermer ses portes en 2011. Pour survivre, le petit hôpital à trouver la solution : s’associer à plus gros que lui.

2011 marquera la fin de la chirurgie à l’hôpital de Paimpol. Les patients seront redirigés vers Lannion ou Saint-Brieuc. Le service de chirurgie de la ville n’arrivait plus à maintenir l’équilibre de ses comptes. Le centre hospitalier Max Querrien de Paimpol annonce un déficit de 2 millions d’euros pour cette fin d’année. Il a trois ans pour le combler. Pour pouvoir survivre, l’hôpital de Paimpol a donc choisi de se mettre en partenariat avec les établissements de santé de Lannion et de Saint-Brieuc. Tout cela avec la bénédiction de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Les patients en chirurgie seront suivis avant et après leur opération. C’est une première du genre en France. Jamais des hôpitaux n’avaient conclu un tel accord. La création de lits destinés à la rééducation cardiaque, aux soins péri-chirurgicaux, ou à la gériatrie sera donc ce qui va permettre à l’hôpital de continuer d’exister.

Un projet soutenu à 100% par l’ARS pour éviter la fermeture de ce pôle régional. Déjà en 2003, les habitants avaient été choqués par la fermeture de la maternité de Paimpol. C’est pour cela que Alain Gautron, directeur de l’ARS, s’est engagé à verser 300 000 par an pour aider à la construction de se projet, jusqu’en 2011. « Ce qui se passe actuellement entre Paimpol, Lannion et Saint-Brieuc est exemplaire car ce qui peut se faire ici peut se faire ailleurs. Nous allons nous servir de cette expérience unique pour d’autres secteurs. Dans le département et le secteur sanitaire 7, il y a aussi Lamballe, Quintin et Tréguier. », s’enthousiasme Mr Gautron dans les colonne du quotidien Le Télégramme.

Mots-clefs : , , , ,

Cet article a été publié le samedi 20 novembre 2010 à 11 h 25 min et est classé dans news. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Les commentaires et pings sont fermés.